MENU

Journée Mobilité 3.0 – Quels systèmes de transports intelligents pour l’arc méditerranéen ? – Retour sur la journée technique du 20 juin 2019 à Aix-en-Provence

Publié le 2 juillet 2019 par Marilou
Ouverture de la journée par Jean-Marc Zulesi et Laurence Damidaux

Le Cerema, ATEC ITS France, le Ministère de la Transition écologique et solidaire et la Cotita Méditerranée ont organisé une journée régionale « Mobilité 3.0 – Quels systèmes de transport intelligents pour l’arc méditerranéen ? », le jeudi 20 juin 2019 au Cerema Méditerranée, à Aix-en-Provence.
Ouverte conjointement par Monsieur Zulesi, député des Bouches-du Rhône (8e circonscription), responsable du texte de la loi Mobilité pour le groupe LREM à l’Assemblée nationale et la Directrice du Cerema Méditerranée, cette journée technique a rassemblé une centaine de participants
.

Plus d’une centaine de participants, issus des services l’État, des collectivités locales et du secteur privé étaient réunis lors de cette journée technique à Aix-en-Provence, pour présenter et échanger sur les solutions innovantes de mobilité, sur la base de déploiements en cours et de retours d’expérience sur le territoire régional.

En ouverture de la journée, Monsieur Jean-Marc Zulesi, député des Bouches-du Rhône (8e circonscription) a salué l’adoption de la Loi Mobilités, qui vise à faciliter l’innovation et permettra notamment le développement de transports intelligents dans les territoires. Le député a également souligné la forte dynamique autour de la démarche France mobilités, conçue comme le volet opérationnel de la Loi Mobilités, et qui permettra d’améliorer concrètement les transports du quotidien pour tous les usagers.

« La Loi Mobilités facilite l’innovation et permettra le développement de transports intelligents dans nos territoires. Ensemble, les acteurs peuvent améliorer concrètement les transports du quotidien. »

Jean-Marc Zulesi, 20 juin 2019

La présentation du programme Mobilité 3.0 (ATEC ITS France) a permis de prendre connaissance des propositions et résultats obtenus, ainsi que de leur traduction dans le texte de la Loi Mobilités.

La Plateforme France mobilités (DGITM ; présentée par le Cerema) vise pour sa part à venir mettre en visibilité les projets ou les expériences de solutions innovantes de mobilité dans les territoires, et sur laquelle toutes les collectivités et acteurs sont invités à se référencer.

Cette journée Mobilité 3.0 axée sur l’arc méditerranéen était ensuite articulée autour de trois thématiques, emblématiques des projets de mobilité intelligente sur ce territoire :

  • la Gestion multimodale des trafics ;
  • la Mobilité vue comme un service (Mobility as a Service) ;
  • la Logistique urbaine et les systèmes de transport intelligents coopératifs.

GESTION MULTIMODALE DES TRAFICS

La gestion multimodale des trafics vise à favoriser la mobilité et la multimodalité des usagers des transports du quotidien, en contribuant efficacement aux principaux enjeux suivants :

  • assurer une meilleure accessibilité des territoires,
  • proposer un parcours plus fluide aux usagers,
  • et contribuer à une diminution du coût public du transport.

Sur un plan opérationnel, cette démarche met en œuvre des moyens et systèmes de gestion du trafic urbain (carrefours à feux centralisés), ainsi que des solutions d’optimisation et de régulation de la circulation routière sur les autoroutes urbaines, comme par exemple l’ouverture de voies réservées aux bus et au covoiturage.

Lors de cette session, plusieurs collectivités locales et opérateurs (Métropole Aix-Marseille Provence, Département des Alpes Maritimes, DIR Méditerranée, Klaxit) ont présenté l’avancement de leurs travaux, réflexions, et des résultats concrets pour réduire le trafic motorisé et améliorer la mobilité pour les usagers des modes alternatifs à la voiture individuelle: transports collectifs, covoiturage domicile-travail, pôle d’échange multimodal, etc.

D’autres actions, comme l’opération Mobilize, vise sur le long terme, à changer en amont le comportement de mobilité des usagers, en proposant des solutions concrètes et alternatives à la voiture individuelle.

MOBILITÉ VUE COMME UN SERVICE (MOBILITY AS A SERVICE)

L’information voyageur (sous la forme de site web et d’applications mobiles) et la billettique (sous la forme de cartes sans contacts et d’applications mobiles) sont deux outils essentiels pour faciliter les déplacements des usagers.

L’intégration de l’information voyageur et de la billettique offre un accès unifié, et donc simplifié, à l’ensemble de l’offre de mobilité, publique comme privée. Cette fusion est communément appelée Mobility as a Service (MaaS) ou mobilité servicielle.

Des évolutions de ces outils restent cependant à développer pour les améliorer : l’accès à l’ouverture massive des données de mobilité, leur réutilisation par des applications mobiles, les informations sur le stationnement, sur les itinéraires cyclables et piétons, etc.

Durant cette séquence, des porteurs de solutions innovantes ont pu présenter et échanger autour de sujets tels que les innovations MaaS en France (Cityway), la solution de e-ticket sur l’agglomération Cannes-Lérins (Instant System), le projet de navette autonome « Demoiselle » (The Camp), enfin le traitement d’images sur les réseaux autoroutiers par l’intelligence artificielle (Vinci / Cyclope).

LOGISTIQUE URBAINE ET SYSTÈME DE TRANSPORT INTELLIGENT COOPÉRATIF

La logistique urbaine désigne l’ensemble des actions visant à assurer l’approvisionnement de la ville, qui est en soi une priorité pour son fonctionnement au quotidien et son développement.

Ces actions sont de nature privée (organisation des flux, optimisation par le numérique, innovation dans les motorisations, les formats…) et publique, avec la mise en place de politiques de régulation par la gestion de l’espace public de voirie pour la circulation et le stationnement, ainsi que les politiques publiques en faveur de la qualité de l’air.

Cette session a débuté par la présentation de la feuille de route Mobilité 3.0 sur la Logistique urbaine (ATEC ITS), qui a permis d’identifier les grands enjeux liées à cette problématique, ainsi que les solutions proposées ou mises en œuvre par les collectivités. Sur le territoire de la Région Sud plus particulièrement, la Métropole Aix-Marseille Provence a présenté son action et ses résultats en matière de logistique urbaine à l’échelle de la métropole.

La Métropole de Nice Côte d’Azur a pour sa part détaillé son expérimentation de dégroupage d’un centre de tri urbain et de distribution via des véhicules propres. La Mairie de Cannes a présenté son système de gestion opérationnelle des emplacements de stationnement pour la livraison de marchandises, basé sur un réseau de capteurs connecté et centralisé, permettant une vision en temps réel de leur occupation.

Enfin, le Cerema et MGI ont présenté des projets européens de systèmes coopératifs et de dématérialisation des bons de transport, dont une expérimentation est en cours avec le Grand Port Maritime de Marseille Fos. Face aux prévisions de développement économique du port et de croissance des flux routiers de marchandises, l’objectif est à présent de favoriser et faciliter le report modal des marchandises vers le ferroviaire et le fluvial notamment.

CONCLUSION DE LA JOURNÉE

La DGITM est intervenue en conclusion de cette journée, en soulignant notamment la grande qualité des interventions et des échanges entre les participants.

Elle est revenue sur la démarche France mobilités, qui vise à améliorer durablement les transports du quotidien, en donnant de la visibilité aux solutions innovantes de mobilité. Elle a également appelé l’ensemble des participants à référencer leurs solutions et projets sur la Plateforme France mobilités.

Enfin, la DGITM a salué l’adoption récente de la Loi mobilités, le mardi 18 juin par l’Assemblée nationale, et a mentionné les grandes avancées portées par cette loi, ainsi que les prochaines étapes à venir dans l’application de cette loi, notamment la concertation avec l’ensemble des acteurs de la mobilité.

Découvrez les présentations de la journée :

Top